Escalade en Dauphiné - France

LA GRANDE ARABESQUE

Aravis
samedi 9 juillet 2011 par Philippe Peyre

A l’ouest du Mont Blanc, la chaine des Aravis étire sa dorsale et ses combes vers le nord, sur ces Préalpes, constituées d’arêtes, de piliers et de faces. Michel Piola et ses amis ont investi les lieux, pour tracer un bon nombre d’itinéraires. La grande arabesque, propose pour seulement 34 longueurs en 5c/6a, 1100m d’escalade et quelques milliers de mètres de marche, un voyage à travers les Aravis. On évolue dans un décor pastoral, parsemé de chalets d’alpages, de quelques forêts clairsemées et enfin on atteint le monde minéral des hauts sommets calcaires. On va grimper dans des voies Piola et compagnie, le label garanti ici une qualité de rocher enthousiasmante, enfin un tracé de lignes où la juste distribution des points confère une gestuelle qui tend à la perfection. A la lecture du menu, nous avons choisi avec mon pote Philippe, la version en deux jours.

Départ à 8:00h des Confins. C’est semble t il la porte d’entrée des combes. Nous posons le surplus de nos affaires au chalet refuge de la Bombardellaz, excellent accueil par le couple de gardiens fort sympathique. Nous gravissons la Mamule par la classique voie du Tonneau des Danaïdes, le vent se lève, des nuages arrivent. La descente dans la combe du Mont Charvet est fort bien équipée de rappels décalés et à l’abri les uns des autres pour éviter de trop s’envoyer de pierres. Au passage nous faisons la petite Miaz, deux longueurs très raides et belles. Les prémices d’un orage sont écartés, nous enchainons par la neige au Sahara, quelques longueurs pas si faciles que ça, un poil sous cotées. Retour au refuge de la Bombardellaz, par la voie normale et la combe du Mont Charvet, il est 19:50, D+ : 1500m, Ouf ! Excellent repas savoyard avec beignets de pommes de terre, arrosés d’un vin charpenté, irisé par le coucher de soleil, derrière le Jallouvre...

Le lendemain, grand beau, on remet le diesel en route à 7:00h sur le GR via le Planet, que nous quittons au pied de la Combe de Chombas, il faut suivre une trace ténue qui dessert cette combe bien sauvage terminée par un cirque austère. 9:00h du mat on attaque l’été Indien sur un excellent rocher bien froid, onglée garantie, certainement une des plus belles voies dans ce niveau de difficulté. Nous prenons le soleil dans les dernières longueurs. La traversée sur la combe des verts à travers les lappiaz est aussi un instant fort.12:36h nous démarrons l’Ombre chinoise à Gramusset et rattrapons une sympathique cordée, avec laquelle nous cheminerons jusqu’au sommet de la Pointe Percée 2750m, il est 16:10. Point culminant de notre périple, panorama immense sur le Mont Blanc. Nous descendons par les cheminées de Sallanches, descente ludique (PD) qui donne sur le col des verts. Cette descente permet de s’exonérer du parcours du névé de la voie normale, nous étions en chaussures légères, et nous n’avions aucune idée, ni de sa pente ni de sa consistance. Retour à Bombardellaz à 20:00h et les Confins 40minutes plus tard. D+:1780m, Reouf !

Bibliographie : Le calcaire en folie au Pays du Mont Blanc, de M PIOLA.
Indispensable et très bien fait, un modèle du genre.


Portfolio

Tonneau des Danaïdes, à la Mamule. Aiguille Noire de Tardevant La Neige au Sahara, L3 La Neige au Sahara, L4 La Neige au Sahara, L4 Rochers de la Salla et Paré de Joux Refuge de laBombardellaz L'été Indien, L3 Gramusset et la Pte Percée Mont Blanc ! Même pas fatigués, à la Pte Percée, quoique...
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1731 / 828735

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Carnet de courses   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4