Escalade en Dauphiné - France

Traversée de l’Obiou par l’arête du Ratier

OBIOU
vendredi 7 janvier 2011 par Philippe Peyre
  Sommaire  

 Présentation

Huit heures du matin, "la France qui se lève tôt*" est en marche, quatre silhouettes émergent de la mer de nuages, après une longue errance dans le brouillard, elles découvrent enfin le massif au grand jour. Le soleil réconfortant projette leur ombre sur l’arête du Ratier qu’ils vont parcourir pour atteindre l’Obiou. Le paysage est magnifique, la limite supérieure des nuages atteint les 2000 m, seul les hauts sommets dépassent.

La progression sur la longue arête est assez confortable, seul une barre rocheuse est contournée par la droite. Une heure plus tard le sommet du Ratier se livre. Ici la face NO de l’Obiou apparaît sous son meilleur angle, l’arête qui mène au sommet du Bonnet de l’Evêque paraît également bien raide, son versant nord est déjà blanchi ou verglacé. Or les difficultés sont modeste et l’équipe progresse rapidement, seul un passage oblige à sortir les mains des poches.

Enfin le redouté Malpasset se présente, terreur des bergers en chaussures à clous, il fait partie de la mythologie alpine des ménagères de moins de 50ans. Il est en fait constitué d’un mur de quelques mètres, qui nécessite deux pas d’escalade (2c+). Le sommet de l’Obiou est enfin atteint après 4h d’une marche enthousiasmante, sur le Toit du Trièves. Après un tour d’horizon et une légère collation la cordée décordée, reprends le chemin du retour. Elle passera brillamment par les chatières obscures puis la voie normale, jusqu’au bas du grand éboulis où, pour faire bonne mesure et surtout récupérer la voiture, il sera décidé, à l’unanimité de traverser sous la face NO et de rejoindre le sommet du Ratier.

Il faut donc se rendre au Petit Endroit, descendre sur la Casse Rouge, par un passage raide mais facile. (nous n’avons pas trouvé le rappel cité dans l’ouvrage de P Sombardier). La remontée de la Casse sur le col du Ratier se fait dans un décors minéral austère, émaillé ici ou là des restes du DC4 Canadien qui s’est écrasé en 1950. Retour sur le Ratier, où on profite d’un nouvel éclairage de la face NO. Au col des Aiguilles 1950m, le quarteron le plus fatigué...des Alpes, après une journée en pleine lumière, replonge sous la couche de nuages pour rejointe les masses laborieuses.

*:Il est question ici de ceux qui se lèvent tôt pour tenter de conquérir l’inutile.


Portfolio

Aête du Ratier Arete du Ratier suite Le terrible Malpasset Obiou face NO Vers le sommet
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3910 / 800714

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Carnet de courses   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 3